• 26 Novembre 2019
    Le « Black Friday » rime avec inégalités (et changements climatiques)
  • 6 Novembre 2019
    Malgré le recul du ministre, le Réseau Vigilance dénonce la réforme du Programme de l'expérience québécoise
  • 5 Novembre 2019
    La TACPAT s’inquiète de voir la défavorisation gagner du terrain en région
  • 22 Octobre 2019
    Gouvernement libéral minoritaire: le RÉPAT préoccupé par le sort réservé aux plus démunis
  • 23 Septembre 2019
    Abitibi—Témiscamingue sera l’une des 100 circonscriptions canadiennes où se tiendra un débat sur l’environnement en vue du scrutin fédéral de 2019

Autonomie et financement des groupes

Actuellement, le mouvement communautaire s’implique activement dans deux grandes luttes sociales :
• La lutte contre l’austérité et pour une meilleure redistribution de la rIchesse (dans le but de réinvestir massivement dans les services publics et les programmes sociaux).
• La lutte pour la reconnaissance, l’autonomie et le financement des organismes communautaires.

En réalité, ces deux luttes sont liées et indissociables l’une de l’autre. Le milieu communautaire fait parti intégrante du modèle social québécois, au même titre que les services publics et les programmes sociaux, représentant les moyens collectifs dont nous nous sommes dotés pour améliorer nos conditions de vie, de travail, d’étude, etc.

Lire la suite

 

Les groupes en défense collective des droits

Bien que les groupes en défense collective des droits ont réussi à maintenir leur financement pour les trois prochaines années grâce à d'intense pression, le budget 2016-2017 n'accorde aucune somme supplémentaire à ce secteur déjà sous-financé. Lorsqu’on sait que ces groupes visent à réunir les personnes en situation de précarité et à défendre collectivement leurs droits. Si leurs moyens sont toujours réduits, on peut se poser les questions : Qui va lancer les alertes? Qui va tenir tête au gouvernement lorsqu’il attaque l’égalité des chances ou l’universalité des services?

Les organismes en défense de droits ont depuis 2001 à peu près le même fi¬nancement. En moyenne ils reçoivent 56 000 $ par année faisant de ceux-ci les organismes communautaires les moins bien ¬financés. Cette situation nuit à la pleine reconnaissance des droits des populations vulnérables. Face au déni des droits imposé par les mesures d’austérité du gouvernement libéral, les groupes travaillant avec et pour les laisséEs pour compte sont plus que jamais essentiels.

Consultez le document du RQ-ACA sur le manque à gagner des différents groupes communautaires en cliquant ici

Pour connaître les revendications des groupes en défense collective des droits cliquez ici

Les groupes en santé services sociaux 

Pour tout savoirsur  la campagne et les enjeux en lien avec le financement et l'autonomie des groupes en santé et services sociaux cliquez ici



Mon OSBL n'est pas un lobby 

Au printemps dernier, le gouvernement a déposé le projet de loi no 56 proposant une nouvelle loi sur le lobbyisme pour remplacer l’actuelle loi datant de 2002. Dans les prochaines semaines, l’Assemblée nationale tiendra une consultation. Le plus grand changement proposé par ce projet de loi est d’assimiler à des lobbyistes tous les OSBL et les personnes qui y travaillent ou y militent activement (tiré du dépliant de la TRPOCB).

Cliquez ici pour les dernières nouvelles à ce sujet

Fichiers attachés