• 26 Mars 2021
    Budget provincial 2021, tout pour le béton et quelques claques dans le dos pour le social...
  • 19 Mars 2021
    Journée d’action pour la justice sociale et climatique Ça suffit les promesses vides !
  • 19 Mars 2021
    Journée d’actions pour la justice sociale et climatique
  • 8 Mars 2021
    Journée internationale des droits des femmes 2021
  • 10 Décembre 2020
    2021 fait peur... trop peu de mesures pour contrer la pauvreté

Unis contre le néolibéralisme et en route vers notre idéal de société 4 Octobre 2012

Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate

Unis contre le néolibéralisme et en route vers notre idéal de société

Rouyn-Noranda, 4 octobre 2012 - Le Regroupement d’éducation populaire de l’Abitibi-Témiscamingue (RÉPAT) tient à souligner la solidarité des organisations communautaires, syndicales et étudiantes ainsi que des centaines de citoyenNEs de l’Abitibi-Témiscamingue qui chaque jour œuvrent pour une société juste et équitable. La volte-face du gouvernement en ce qui à trait à la hausse des droits de scolarité, la taxe santé, ou encore en terme de redistribution de la richesse est assurément attribuable à la mobilisation des dernières années qui a culminé au printemps dernier.

Rappelons aussi que les engagements du gouvernement répondent en tout point aux revendications portées par le Réseau de Vigilance de l’Abitibi-Témiscamingue depuis l’hiver 2011. Ce qui constitue en soi une victoire des forces progressistes de la région.

Cela dit, le RÉPAT croit qu’il faut être très vigilant face aux annonces des dernières semaines et que la société civile doit demeurer sur le pied d’alerte quant aux mesures qui pourraient aller à l’encontre du bien commun. En effet, les politiques néolibérales mises en place depuis plus de 10 ans continuent de nuire à une partie de la population. Faut-il rappeler à cet égard, que certains de nos concitoyenNEs peinent à combler leurs besoins de base.

Ainsi, en cette journée nationale du refus des mesures (néo)libérales, le RÉPAT a invité la population à réfléchir sur notre idéal de société et sur les moyens à prendre pour l’atteindre. Les mots comme : répartition de la richesse, services publics universels, société solidaire, sont ressortis abondamment. Les participantEs ont de plus affirmé que la grève sociale pourrait être envisagée pour préserver notre état social. Christine Doré, agente de développement communautaire au RÉPAT résume en mentionnant que : « Nous avons fait des gains grâce à nos solidarités, mais la société juste et équitable où les droits sociaux de tous sont respectés reste à bâtir. Et c’est ce que les gens présents aujourd’hui s’engage à faire ».

-30-

Christine Doré
Agente de développement communautaire du RÉPAT
819-762-3114

 

RÉPAT
tarification Alternatives budgétaires néolibéralisme