• 24 Mars 2020
    Rassemblons - Tournée pour un collectif sans pauvreté en Abitibi-Témiscamingue
  • 25 Mars 2020
    Rassemblons - Arrêt à La Sarre
  • 17 Mai 2020
    Journée internationale de lutte contre l'homophobie et la transphobie
  • 28 Mai 2020
    Assemblée générale annuelle du RÉPAT
  • 6 Février 2020
    Une caravane militante rend visite au ministre Dufour
  • 3 Février 2020
    Une population appauvrie dans un Québec riche : des milliers d’organismes exigent que l’argent public soit réinvesti dès le budget 2020 dans le filet social!
  • 3 Février 2020
    Une population appauvrie dans un Québec riche : des milliers d’organismes exigent que l’argent public soit réinvesti dès le budget 2020 dans le filet social!
  • 17 Décembre 2019
    Des solutions concrètes existent pour réduire les émissions d’arsenic
  • 26 Novembre 2019
    Le « Black Friday » rime avec inégalités (et changements climatiques)

Une caravane militante rend visite au ministre Dufour 6 Février 2020

Pour du logement social… maintenant !
Une caravane militante rend visite au ministre Dufour<

Rouyn-Noranda, le 6 février 2020 — Alors que sévit désormais la plus sévère pénurie de logements locatifs en 15 ans à l’échelle du Québec, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) a entrepris, hier, des caravanes « Pour du logement social maintenant «  qui visiteront 20 bureaux de ministres du gouvernement Legault, dont celui de Pierre Dufour cet avant-midi à Val-d’Or. Dans cette caravane, pilotée par l’ALOCAT: des locataires et des militant-es  de La Sarre, Rouyn-Noranda et Val-d’Or iront parler de mal-logement et convaincre le ministre qu’il faut augmenter le financement dédié au logement social dans le prochain budget.

L’ALOCAT constate d’abord que la pénurie sévit dans la région depuis maintenant 13 ans, et que les conséquences sont de plus en plus dramatiques sur les locataires. En prenant constamment de l’ampleur, la cherté des loyers est devenue pour un nombre grandissant de ménages, l’obstacle infranchissable qui les prive d’un logement convenable. À Val d’Or, le taux d’inoccupation des logements locatifs est de seulement 1,4% et le loyer moyen y a augmenté de 3,6 % entre 2018 et 2019. À Rouyn-Noranda, le taux est de 1% et le loyer moyen a augmenté de 4,9 %  en 1 an.

L’ALOCAT déplore qu’en plus d’aggraver les problèmes des ménages déjà mal-logés, la cherté des logements locatifs en place de nouveaux en situation de précarité. « Lors du Recensement de 2016, 2615 ménages locataires de l’Abitibi-Témiscamingue avaient des besoins impérieux de logement, vivant dans un logement trop cher, trop petit ou en mauvais état. Leur revenu médian, atteignant à peine 12 537$, ne leur permet pas de vivre convenablement dans les rares logements disponibles, plus chers d’années en années, et encore moins dans ceux qui se construisent », rappelle le porte-parole de l’ALOCAT, Bruce Gervais. « Le fait que leur droit à un logement décent soit bafoué, ça compromet leur santé et leur sécurité, en particulier celles des femmes, victimes de violence conjugale », précise le porte-parole.  « En fait, pour les locataires que la crise affecte sans relâche depuis 13 ans, il ne reste plus qu’une seule option pour joindre les deux bouts, et c’est le recours à de l’aide alimentaire » dit-il, rappelant que l’an dernier, 215 demandes pour non-paiement de loyer ont été introduites au bureau de Val d’Or de la Régie du logement.

Pourtant, malgré l’importance des besoins, très peu de logements sociaux ont été construits dans les dernières années, rappelle l’ALOCAT. « Des municipalités et organismes ont bel et bien la volonté de réaliser des projets de logements sociaux dans leur milieu, mais rien ne les aide. Le programme AccèsLogis, déjà jugé trop exigeant financièrement par plusieurs villes de la région, est sous-financé depuis 10 ans. Seulement 835 nouveaux logements sociaux ont levé de terre à travers la province l’an dernier. Et si Val d’Or a réussi à concrétiser la construction de 78 unités ces 3 dernières années, on doit constater chiffre à l’appui, que c’est loin d’être suffisant. On compte dans la région 515 ménages inscrits sur une liste d’attente pour un logement social.

FRAPRU et l’ALOCAT rappellent  que le Québec a les moyens de faire davantage pour que le droit au logement soit respecté, partout. Il faut donc investir et construire des logements sociaux, les seuls vraiment abordables, dès maintenant. « Donner un grand coup, rapidement, c’est ce qu’il faut », iront dire les  participants de la Caravane au ministre Dufour afin qu’il ntervienne auprès de son collègue des Finances qui finalise actuellement le prochain budget.

Pour la première fois en 20 ans, le budget déposé l’an dernier par le gouvernement Legault ne finançait pas de nouveaux logements; il se contentait de prévoir une partie de la somme nécessaire pour assurer la réalisation des 15 000 logements promis par les gouvernements antérieurs, mais pas encore réalisés. Pour sa part, l’ALOCAT demande avec le FRAPRU un grand chantier de 50 000 nouveaux logements sociaux en 5 ans. C’est ce message qu’il portera demain lors d’une manifestation devant l’Assemblée nationale, à Québec, où se rejoindront les 10 caravanes parties de Rouyn-Noranda, Gatineau, Saint-Constant, Sherbrooke, Montréal, Longueuil, Saguenay, Mont-Joli, Shawinigan et Trois-Rivières.

ALOCAT
Crise du logement FRAPRU pénurie association des locataires
Fichiers attachés