• 8 Mai 2019
    Émission d’arsenic de la Fonderie Horne : des parents inquiets forment un comité citoyen
  • 21 Mars 2019
    Premier budget Girard ; Un changement bien timide - Réaction du Réseau Vigilance de l'AT.
  • 18 Mars 2019
    Le budget provincial 2019-2020, ça me concerne! Le Réseau Vigilance invite la population à une écoute collective
  • 20 Février 2019
    Journée de mobilisation unitaire en Abitibi-Témiscamingue Le 20 février 2019 : VISER LA JUSTICE SOCIALE
  • 6 Février 2019
    Projet Authier Lithium de Sayona Mining à La Motte; Le Réseau Vigilance appuie la demande de BAPE

PL70 : Des campeurs et campeuses s’invitent au bureau de Luc Blanchette 17 Février 2016

Voir l'album photo

Rouyn-Noranda, 17 février 2016 – En cette dernière journée de commission parlementaire sur le projet de loi 70 visant économiser 50 millions de dollars sur le dos des plus pauvres, une dizaine de militants et de militantes occupent présentement le corridor du bureau du ministre responsable de la région Luc Blanchette avec leur sac de couchage afin de symboliser les impacts qu’auraient ce projet de loi, mais aussi pour démontrer leur détermination à faire reculer le gouvernement libéral de Philippe Couillard sur ce qu’ils et elles appellent le projet de loi de la honte.


Projet de loi 70 : La honte du gouvernement libéral

Bien que le ministre François Blais, face à la pression populaire,  ait renoncé à certaines dispositions du projet de loi 70 dont celle d’obliger les nouveaux prestataires à déménager pour occuper un emploi dit « convenable »,  le cap sur l’approche punitive du programme Objectif emploi semble être maintenu.  En ce sens,  Danik Laporte du Regroupement d’éducation populaire de l’Abitibi-Témiscamingue ne mâche pas ses mots : « Il est assez honteux de couper la moitié d’une prestation de 623$/mois dans le cas ou un nouveau demandeur d’aide sociale n’obéit pas au programme. Pour proposer ou appuyer une telle mesure, il faut vraiment être déconnecté de la réalité !».  « Les personnes qui demandent l’aide de dernier recours ont surtout besoin de temps et de programme adapté à leur situation, non du stress de se retrouver à la rue », renchérit Chrystyan Jacques du Regroupement d’entraide des personnes assistées sociales.
Johanne Alarie du Centre Entre femmes rappelle quant à elle que les prestations d’aide sociale devraient au moins être doublées si le gouvernement voulait vraiment lutter contre la pauvreté et termine en disant: « personnes n’est à l’abri, unE demandeur-euse E sur 4 recourt à l'aide sociale à la suite d'un divorce ou de la perte de sa ou son conjointe. Nous nous battons pour la dignité de toute et de tous et c’est pour cette raison que le gouvernement libéral doit simplement abandonner ce projet de loi ».


-30-
Pour information : Danik Laporte, 819-649-0407
RÉPAT
PL 70 Coupures à l'aide sociale