• 26 Mars 2021
    Budget provincial 2021, tout pour le béton et quelques claques dans le dos pour le social...
  • 19 Mars 2021
    Journée d’action pour la justice sociale et climatique Ça suffit les promesses vides !
  • 19 Mars 2021
    Journée d’actions pour la justice sociale et climatique
  • 8 Mars 2021
    Journée internationale des droits des femmes 2021
  • 10 Décembre 2020
    2021 fait peur... trop peu de mesures pour contrer la pauvreté

Peur, isolement et discrimination: les impacts du profilage politique se répercutent sur les plus vulnérables de la société 3 Mai 2016

Rouyn-Noranda, le 2 mai 2016- La peur, l'isolement et le libre cours aux préjugés et à la discrimination sont les impacts que laissent les tristes événements de vendredi dernier alors qu'un militant du milieu communautaire a été l'objet à Rouyn-Noranda, d'une arrestation marquée par l'utilisation d'une force démesurée.

France Laliberté, du Centre Entre-Femmes de Rouyn-Noranda, qui se trouvait tout près du manifestant arrêté témoigne : « ce que j’ai vu vendredi dernier m’a fait vraiment peur. J’ai vu des policiers s’en prendre injustement et brutalement à l’un de nous. J’ai eu peur pour lui, j’étais complètement ébranlée! C’est quoi cette répression-là? Dans quel monde on est rendu! »

Des mensonges éhontés

«Lorsque les mots perdent leur place au profit de la force, tout le monde y perd», affirme le coordonateur de l'Alocat, Bruce Gervais qui relève par ailleurs un mensonge éhonté livré aux médias et diffusé ainsi, sans la moindre contrepartie: «Nombreux sont ceux qui ont pu entendre les propos d'un porte-parole de la Sûreté du Québec affirmant que deux avis d'éviction avaient été prononcés à l'endroit des manifestants. Or, un seul avis d'éviction, dont nous avons par ailleurs questionné la légitimité, a été prononcé. Dire le contraire est un mensonge», précise-t-il.

Quelques jours après les événements, Johanne Alarie, du Centre Entre-Femmes s’interroge : «Comment allons-nous dire aux femmes avec qui nous luttons contre la pauvreté et la violence, que manifester est un droit fondamental dans une société démocratique? Comment? Quand ce que nous voyons, c’est un corps policier réprimer violemment une manifestation pacifique! Alors que nous avons des luttes importantes à mener pour une société juste, nous allons devoir lutter pour le droit de manifester! » s’indigne-t-elle.

«Ce qui s'est passé est inacceptable parce que ces gestes portent atteinte à la liberté d'expression et aux droit de manifester. Pire : les impacts réels de ces débordements de force sont les armes mêmes de la répression: la peur, l'isolement et la discrimination. Et c'est sur les plus vulnérables de nos concitoyens que ces impacts se font le plus sentir, ultimement», conclue Christine Doré du Regroupement d'éducation populaire de l'Abitibi-Témiscamingue (RÉPAT).

C’est dans ce climat et parce qu’il est incontournable de ne pas laisser ces affronts à la liberté de parole sans réponse, que les organismes porteurs de ce communiqué lancent un appel populaire large pour un regroupement à la Place de la Citoyenneté de Rouyn-Noranda, en vue d’une marche citoyenne, le jeudi le 5 mai à 17h00.

RÉPAT, ALocat, Centre Entre-femmes, Centre de femme l'Érige, ROC R-N
profilage politique répression policière arrestation 29 avril 2016
Fichiers attachés