• 8 Mai 2019
    Émission d’arsenic de la Fonderie Horne : des parents inquiets forment un comité citoyen
  • 21 Mars 2019
    Premier budget Girard ; Un changement bien timide - Réaction du Réseau Vigilance de l'AT.
  • 18 Mars 2019
    Le budget provincial 2019-2020, ça me concerne! Le Réseau Vigilance invite la population à une écoute collective
  • 20 Février 2019
    Journée de mobilisation unitaire en Abitibi-Témiscamingue Le 20 février 2019 : VISER LA JUSTICE SOCIALE
  • 6 Février 2019
    Projet Authier Lithium de Sayona Mining à La Motte; Le Réseau Vigilance appuie la demande de BAPE

Pas si facile de rencontrer le député et ministre Luc Blanchette... 25 Février 2015

Les groupes membres et alliés du RÉPAT remettent fortement en question la volonté du député de Rouyn-Noranda-Témiscamingue et ministre responsable de la région Luc Blanchette à rencontrer nos organisations même de façon individuelle. Au cours des derniers jours, plusieurs d'entre elles se sont butées à des obstacles bureaucratiques, ce qui leur fait penser que le ministre fait tout pour réduire les chances d'une rencontre avec lui au sujet, notamment, des impacts des mesures d'austérités imposées par son gouvernement.

Ainsi, l'Association des  travailleuses et travailleurs accidentés de l'Abitibi-Témiscamingue (ATTAAT), ayant récemment obtenu rendez-vous après quelques tentatives, se désole du fait que le ministre ait désigné son attachée politique pour une rencontre importante. «Nous nous étions préparés à cette rencontre. On nous avait précédemment dit que M. Blanchette nous rencontrerait, mais on a bien vu qu'il avait d'autres priorités à ce moment-là. Nous sommes très déçus, car nous voulions le sensibiliser aux coupures qui touchent les personnes de 65 ans et plus qui ont, désormais, encore plus de difficultés à défendre leurs droits», affirme le directeur de l'organisme, Yvan Arseneault.

Du côté de l'Association des locataires de l'Abitibi-Témiscamingue, le coordonnateur Bruce Gervais déplore l'accueil obtenu à une récente demande de rencontre avec le ministre. «En plus de nous demander la liste de toutes nos questions ainsi que TOUS les détails pouvant s'y rattacher (comment s'assurer de satisfaire cette requête?), on nous a spécifié en termes plutôt cavaliers que cette rencontre, si acceptée, allait devoir se dérouler «de façon respectueuse». Or, pour l'ALOCAT, il s'agit d'une approche condescendante tout à fait inacceptable venant de l'entourage d'un élu, d'autant qu'elle semble traduire un jugement discriminatoire à l'endroit des locataires.

Conflit d'intérêt, vraiment??
Et que dire des raisons qu'a eues le Bureau de M. Blanchette pour se désengager des effets des politiques d'austérité sur l'éducation supérieure dans la région? En effet, peu après l'élection de M. Blanchette en avril 2014, l'AGEUQAT s'est retrouvée sans interlocuteur dans cet important dossier. Motifs évoqués à ce moment? Conflit d'intérêts, l'épouse du ministre étant secrétaire générale de l'UQAT. Pourtant, dans un article du journal La Frontière du 9 avril 2014, la rectrice Joanne Jean spécifiait qu'un code d'éthique et de déontologie était en place pour prévenir les conflits d'intérêts. La question que l’on se pose: le ministre est-il en train de se déresponsabiliser face à une série d’enjeux importants  touchant directement l'avenir de la région?
-30-
Source:  Bruce Gervais, ALOCAT:     819-762-3165
  Élisabeth Deschêne Martin, AGEUQAT:   514-826-8768
  Yvan Arseneault, ATTAAT:   819-797-5004
  Danik Laporte, RÉPAT    819-762-3114

RÉPAT
Blanchette
Fichiers attachés