• 6 Novembre 2019
    Malgré le recul du ministre, le Réseau Vigilance dénonce la réforme du Programme de l'expérience québécoise
  • 22 Octobre 2019
    Gouvernement libéral minoritaire: le RÉPAT préoccupé par le sort réservé aux plus démunis
  • 23 Septembre 2019
    Abitibi—Témiscamingue sera l’une des 100 circonscriptions canadiennes où se tiendra un débat sur l’environnement en vue du scrutin fédéral de 2019
  • 8 Mai 2019
    Émission d’arsenic de la Fonderie Horne : des parents inquiets forment un comité citoyen
  • 21 Mars 2019
    Premier budget Girard ; Un changement bien timide - Réaction du Réseau Vigilance de l'AT.

Malgré le recul du ministre, le Réseau Vigilance dénonce la réforme du Programme de l'expérience québécoise 6 Novembre 2019

Rouyn-Noranda, le 6 novembre 2019 –  Le 1er novembre dernier, le ministre Simon Jolin-Barrette annonçait le resserrement des exigences du Programme de l’expérience québécoise (PEQ) dont l’accessibilité est désormais limitée à certains programmes d’études et professions choisies par le ministère. Pour le Réseau Vigilance de l’Abitibi-Témiscamingue (RVAT) ce resserrement est inadmissible.
Depuis juillet dernier, le programme était suspendu, soit disant parce qu’il était victime de son succès. La création de listes annuelles de domaines admissibles alors que plus de 85% des emplois qui vont naitre d’ici 2030 n’ont pas encore été inventés relève de l’aveuglement volontaire. « Le gouvernement Legault a banni du programme plusieurs domaines relevant des sciences sociales, humaines et de l’environnement, alors que la crise climatique à laquelle on fait face créera des besoins criants sur tous les fronts ! C’est insensé ! » dénonce Adeline Laquerre du RÉPAT. Pour le RVAT, l’exclusion d’une grande majorité de programmes d’études supérieures et de pratiquement tous les domaines de l’art et de la culture révèle un manque de vision sociétale flagrant.
Pour le RVAT, une telle décision aura des conséquences catastrophiques sur la région puisque notre cégep et notre université dépendent de ces étudiantEs ayant choisi de venir jusqu’ici. L’UQAT accueille présentement près de 500 étudiantEs venus d’ailleurs et la très grande majorité de leurs programmes d’études ne seront plus admissibles l’an prochain. Qu’arrivera-t-il à ces programmes par la suite ? Au Québec, on dénombre plus de 48 000 étudiantEs étrangÈREs. Près du quart d’entre eux et elles finissent par s’établir dans la province. « Le PEQ avait pourtant fait ses preuves comme outil d'intégration à la société québécoise ! Avec une telle restriction, on viendra se priver de personnes éduquées à de hauts niveaux, talentueuses et brillantes dont on ne peut pas se passer en région ! » s’insurge Laurie Paquin de l’AGEUQAT.
En choisissant encore une fois de prioriser l’économie de marché, le gouvernement Legault oublie que derrière ses décisions se retrouvent des êtres humains et l’avenir de notre société et il s’empêtre dans une vision court terme et rétrograde. Toute cette réforme de l’immigration envoie un message négatif et décourage de plus en plus d’immigrantEs ou potentielLEs immigrantEs qui choisissent de s’établir dans une autre province que le Québec. Elle aura des conséquences économiques sur la région et tout le Québec. Cela va complètement à l’encontre de la prospérité économique et de la vision de changement que la CAQ semble toujours mettre de l’avant.
Le RVAT demande au gouvernement Legault de revenir sur sa décision de changer les exigences du programme PEQ et de supprimer les listes annuelles.
-30-

                                   

(Note : Le Réseau Vigilance de L’Abitibi-Témiscamingue représente  30 000 et est composé des organismes suivants :

-Conseil central de l’Abitibi-Témiscamingue -Nord-du-Québec – CSN - CCATNQ-CSN
-Syndicat de l’enseignement de l’Ungava et de l’Abitibi-Témiscamingue - SEUAT
-Syndicat de la fonction publique du Québec- SFPQ
-Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux – APTS
-Alliance des Intervenantes en milieu familial de l’Abitibi-Témiscamingue – ADIM-AT
-Syndicat des enseignants et enseignantes du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue - SEECAT
-Association générale des étudiants de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue- AGEUQAT
-Concertation régionale des organismes communautaires de l’Abitibi-Témiscamingue- CROC-AT
-Regroupement des associations de personnes handicapées de l’Abitibi-Témiscamingue- RAPHAT

-Regroupement de femmes de l’Abitibi-Témiscamingue - RFAT
-Association des locataires de l’Abitibi-Témiscamingue - ALOCAT
-Regroupement d’éducation populaire de l’Abitibi-Témiscamingue – RÉPAT
-Table régionale des centres de femmes de l’Abitibi-Témiscamingue
-FIQ – Syndicat interprofessionnel en soins de santé de l’Abitibi-Témiscamingue – FIQ-SISSAT
-Conseil régional FTQ Abitibi-Témiscamingue-Nord du Québec

Réseau de vigilance A-T
immigration programme de l'expérience québécoise
Fichiers attachés