• 26 Novembre 2019
    Le « Black Friday » rime avec inégalités (et changements climatiques)
  • 6 Novembre 2019
    Malgré le recul du ministre, le Réseau Vigilance dénonce la réforme du Programme de l'expérience québécoise
  • 5 Novembre 2019
    La TACPAT s’inquiète de voir la défavorisation gagner du terrain en région
  • 22 Octobre 2019
    Gouvernement libéral minoritaire: le RÉPAT préoccupé par le sort réservé aux plus démunis
  • 23 Septembre 2019
    Abitibi—Témiscamingue sera l’une des 100 circonscriptions canadiennes où se tiendra un débat sur l’environnement en vue du scrutin fédéral de 2019

Le budget provincial 2019-2020, ça me concerne! Le Réseau Vigilance invite la population à une écoute collective 18 Mars 2019

Rouyn-Noranda, le 18 mars 2019 – Faut-il rappeler que pour la première fois depuis plus de 40 ans notre gouvernement est formé par un parti qui n’a jamais été au pouvoir ?  Et qu’on nous a annoncé qu’il dispose d’un surplus historique allant jusqu’à 4,6 G$ ? Et que c’est après plus de quinze années de politiques néolibérales que la Coalition Avenir Québec, qui se dit parti du changement, présente à la population québécoise son premier budget en tant que gouvernement. Le Réseau Vigilance de l’Abitibi-Témiscamingue attend donc de pied ferme qu’il livre la marchandise. 
C’est pourquoi la population est invitée à venir écouter le discours du budget en compagnie des membres du Réseau Vigilance. Composé d’organisations populaires, communautaires, syndicales, et étudiantes de la région, le Réseau qui représente plus de 20 000 citoyennes et citoyens a été fondé en 2004 en réaction à la réingénierie de l’État de Jean Charest et  exerce depuis un rôle de vigie face aux abus dont ont fait preuve une succession de gouvernements à l’idéologie néolibérale.
Pour le Réseau Vigilance, le Coalition Avenir Québec n’est malheureusement qu’un parti de la trempe de ses prédécesseurs.  « Se cachant derrière des discours de changements, il ne fait que continuer le travail de démantèlement de nos services publics au profit de la privatisation et ne cache pas sa volonté de continuer à diminuer la taille de l’État. Amateur de dérèglementation, il souhaite alléger les procédures administratives et les cadres réglementaires au détriment de l’environnement et au profit de l’économie. » explique Adeline Laquerre du RÉPAT.
Le Premier ministre a déjà annoncé à la fin janvier qu’il aurait une obsession : réaliser ses promesses électorales et ce même si elles ont des coûts faramineux. Pour ce faire, il s’est déjà engagé à « dégager des marges de manœuvre » dans chacun des ministères pour les financer. Seul le ministère de l’éducation échappera à des compressions. « M. Legault a dit à ses ministres qu’ils ne devaient surtout pas compter sur les surplus budgétaires et qu’ils auraient des choix difficiles à faire. C’est inquiétant et ça laisse présager une autre période d’austérité que les services publics ne pourront pas surmonter sans que la population écope » s’inquiète Nathalie Garvin du SFPQ
L’écoute collective aura lieu au Cabaret de la Dernière Chance, à Rouyn-Noranda de 15h à 17h30.
                                                                                  -30-

Réseau vigilance de l'Abitibi-Témiscamingue
budget 2019-2020
Fichiers attachés