• 26 Novembre 2019
    Le « Black Friday » rime avec inégalités (et changements climatiques)
  • 6 Novembre 2019
    Malgré le recul du ministre, le Réseau Vigilance dénonce la réforme du Programme de l'expérience québécoise
  • 5 Novembre 2019
    La TACPAT s’inquiète de voir la défavorisation gagner du terrain en région
  • 22 Octobre 2019
    Gouvernement libéral minoritaire: le RÉPAT préoccupé par le sort réservé aux plus démunis
  • 23 Septembre 2019
    Abitibi—Témiscamingue sera l’une des 100 circonscriptions canadiennes où se tiendra un débat sur l’environnement en vue du scrutin fédéral de 2019

La TACPAT s’inquiète de voir la défavorisation gagner du terrain en région 5 Novembre 2019

Devant les résultats dévoilés par l’Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue faisant état de l’augmentation de l’indice de défavorisation en région, la Table d’action contre la pauvreté de l’Abitibi-Témiscamingue (TACPAT) est préoccupée de constater cette hausse alarmante. Ceci est d’autant plus préoccupant qu’en Abitibi-Ouest la hausse de 10% fait en sorte que près d’une personne sur trois dans cette MRC est défavorisée.
Comment expliquer que malgré le bas taux de chômage (3,7% en septembre 2019) et le faible nombre de prestataires à l'aide sociale (4,8%), la défavorisation continue de s'accentuer en région? Les banques alimentaires de la région soulignent qu’avec la hausse du coût des loyers et de l’alimentation, de plus en plus travailleurs doivent se rendre à leurs comptoirs pour arriver à joindre les deux bouts. Pour les personnes vivant sur l’aide sociale, la situation est encore plus dramatique; comment penser boucler son budget avec une allocation se situant entre 669$ et 1022$ par mois. « Les gens se retrouvent en situation de survie, car ce montant permet tout juste à payer le loyer. Il reste bien peu pour la nourriture et les vêtements. » remarque Martine Dion de la RBH. La pénurie de logements qui engendre une hausse des coûts des loyers n’est sans doute pas étrangère à cette situation. »
Actuellement, la TACPAT interpelle le gouvernement provincial pour permettre aux gens vivant sur l’aide sociale de travailler un certain nombre d’heures sans être pénalisés à travers la campagne ‘Laissons les pauvres gagner leur vie ‘. Pour la TACPAT, la hausse du salaire minimum et l’augmentation du nombre de logements sociaux devraient également être priorisées par nos paliers de gouvernements, et ce, de façon plus accentuée en cette période où l’économie va bien.
La TACPAT, organisation régionale du Collectif pour un Québec sans pauvreté, a comme mission de favoriser la mobilisation régionale autour de la lutte à la pauvreté. Elle réunit des personnes issues des groupes communautaires, des personnes en situation de pauvreté, des militant-e-s et elle est supportée par des organisateurs et organisatrices communautaires.

-30-

TACPAT
pauvreté, défavorisation
Fichiers attachés