• 20 Février 2018
    Journée mondiale pour la justice sociale Le Réseau de Vigilance de l’Abitibi-Témiscamingue réclame un réinvestissement dans les services publics
  • 7 Février 2018
    LEITÃO : ON VOIT ROUGE! 7 février 2018 : Actions régionale - Abitibi-Témiscamingue
  • 30 Janvier 2018
    Pour un meilleur financement d’AccèsLogis et des mesures spécifiques aux régions éloignées, l’ALOCAT fera entendre les mal logé-es.
  • 9 Janvier 2018
    Les groupes de la région n’ont pas dit leur dernier mot et réitèrent que les droits doivent se défendre collectivement
  • 13 Décembre 2017
    Le Plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale n’est pas un plan de lutte à la pauvreté!

Fermeture de la CRÉ : Disparition d’outils importants en développement social 17 Décembre 2014

Fermeture de la CRÉ : Disparition d’outils importants en développement social

Rouyn-Noranda, le mercredi 17 décembre 2014- Le Regroupement d'éducation populaire de l'Abitibi-Témiscamingue constate avec tristesse les impacts de la fermeture de la Conférence régionale des élus dans la région. La perte de 25 emplois est une très mauvaise nouvelle et la disparition de l'Observatoire de l'Abitibi-Témiscamingue ainsi que des instances de participation citoyennes représentent un recul important sur le plan du développement social.


«L'observatoire de l'Abitibi-Témiscamingue est un atout majeur lorsque vient le temps de mesurer les changements sociaux, explique Christine Doré du RÉPAT. Un tel outil, avec les gens dévoués et compétents qui y travaillent, est une nécessité pour l'Abitibi-Témiscamingue», poursuit-elle.
En effet, le RÉPAT voit dans l'abolition de l'Observatoire  un recul significatif et se questionne sur les réelles intentions du gouvernement actuel.

Il y a quelques années les mêmes inquiétudes s'étaient manifestées autour du formulaire long du recensement aboli par le gouvernement Harper! «Par exemple, moins de données sur les inégalités sociales équivaut à moins d'arguments pour réclamer des gouvernements qu'ils agissent pour les faire disparaître», s'inquiète Mme Doré.

Tout aussi inquiétante est la disparition de plusieurs lieux de participation citoyenne avec l'abolition de la Conférence régionale des élus. À ce titre, le RÉPAT croit que les politiques d'austérité que met de l'avant le gouvernement libéral ne font qu'affaiblir la région en la faisant reculer de plusieurs années, au point de vue du développement social.

-30-
Source: Christine Doré  819-762-3114

RÉPAT
participation citoyenne développement social