• 11 Mars 2020
    Le budget provincial 2020-2021 : une amère déception
  • 10 Mars 2020
    Le budget provincial 2020-2021, Le Réseau Vigilance a des attentes aussi élevées que les surplus
  • 6 Février 2020
    Une caravane militante rend visite au ministre Dufour
  • 3 Février 2020
    Une population appauvrie dans un Québec riche : des milliers d’organismes exigent que l’argent public soit réinvesti dès le budget 2020 dans le filet social!
  • 3 Février 2020
    Une population appauvrie dans un Québec riche : des milliers d’organismes exigent que l’argent public soit réinvesti dès le budget 2020 dans le filet social!

Des solutions concrètes existent pour réduire les émissions d’arsenic 17 Décembre 2019

Rouyn-Noranda, le mardi 17 décembre 2019 – Le comité ARET a présenté les grandes lignes d’un document qui démontre encore une fois les dangers de l’exposition à l’arsenic pour la santé de la population et qu’il est techniquement possible d’agir pour que les émissions atteignent la norme de 3ng/m3.

«Ce qu’on connaît du Plan démontre que la gravité des résultats de l’étude de biosurveillance n’a pas été prise au sérieux : plusieurs mesures étaient déjà en route, il en fallait des nouvelles. Ainsi, plusieurs des enfants imprégnés habitent loin de la «zone de transition » ou plutôt du stationnement (déjà planifié par la fonderie par l’achat des maisons concernées): il n’y aura aucun changement pour eux sur les émissions atmosphériques. Le projet pilote d’usine était aussi dans les actions en cours et ne donnera des résultats «potentiels» qu’en 2024! C’est trop tard! Ce qu’il aurait fallu, ce sont de nouvelles actions avec des cibles de réduction précises qui tendent clairement vers le 3 ng/m3. Mais comme le gouvernement ne l’a pas précisé…» déclare Valérie Fournier, porte‐parole.

Le comité ARET a constaté qu’il est difficile pour la population d’avoir une information juste en ce qui concerne les risques auxquels elle est soumise, beaucoup d’informations ont dû faire l’objet de demandes par le biais de la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels. Le comité devra passer par cette Loi pour avoir le plan d’action présenté hier car la fonderie a refusé de le lui transmettre.

Le comité a procédé à l’analyse de plusieurs années d’émissions de la fonderie, de leurs concentrations, de leurs dispersions, etc. De plus, la consultation de nombreuses correspondances, d’avis et d’analyses réalisées par des experts de divers domaines, a permis de dénicher des pistes d’actions qui avaient déjà été envisagées et d’en identifier d’autres. Des échanges que le comité a eus avec des experts ont aussi été d’une grande utilité.

Le comité ARET transmettra son document au comité interministériel qui doit analyser le plan de la fonderie et espère que ce travail sera utile. Il invite également la communauté scientifique afin qu’elle apporte son soutien et enrichisse les pistes et solutions envisagées.

«Il y a des solutions concrètes, on l’a constaté. Elles ont un coût, c’est sûr, mais que vaut notre santé et celle de nos enfants? Pour le moment, il est urgent de cesser d’alimenter la fonderie en concentrés complexes, riches en arsenic. Quand la fonderie aura effectué les améliorations pour bien capter l’arsenic qui s’échappe et nous tombe dessus, on pourra peut-être recommencer à en inclure, mais avec des tonnages et des pourcentages limités», déclare Mireille Vincelette, porte- parole.

ARET est un comité de parents d’enfants du quartier Notre‐Dame de même que de citoyens et citoyennes mobilisé.e.s pour protéger la santé de leurs enfants et de toute la population de Rouyn‐Noranda. Il a été mis en place à la suite des premiers résultats de l’étude de biosurveillance effectuée l’automne 2018 auprès d’enfants du quartier Notre‐Dame.

-30-

comité ARET
Fonderie Horne Arsenic
Fichiers attachés