• 8 Mai 2019
    Émission d’arsenic de la Fonderie Horne : des parents inquiets forment un comité citoyen
  • 21 Mars 2019
    Premier budget Girard ; Un changement bien timide - Réaction du Réseau Vigilance de l'AT.
  • 18 Mars 2019
    Le budget provincial 2019-2020, ça me concerne! Le Réseau Vigilance invite la population à une écoute collective
  • 20 Février 2019
    Journée de mobilisation unitaire en Abitibi-Témiscamingue Le 20 février 2019 : VISER LA JUSTICE SOCIALE
  • 6 Février 2019
    Projet Authier Lithium de Sayona Mining à La Motte; Le Réseau Vigilance appuie la demande de BAPE
Émission d’arsenic de la Fonderie Horne : des parents inquiets forment un comité citoyen
8 Mai 2019
Émission d’arsenic de la Fonderie Horne : des parents inquiets forment un comité citoyen Rouyn-Noranda, mercredi 8 mai 2019 – En avril dernier, un comité citoyen... Lire la suite


La Planète s'invite au communautaire!

Le RÉPAT vous invite à une demi-journée régionale de réflexion et d’éducation populaire sur la justice climatique ayant pour thème

Pourquoi le communautaire devrait s’en mêler

(ou pourquoi la crise climatique est-elle porteuse d’inégalités sociales)

Le but de cet après-midi est d’explorer les liens entre les dérèglements climatiques et les inégalités sociales et de réfléchir ensemble à des pistes de solutions et d’actions que pourraient entreprendre le mouvement communautaire.
 

Pourquoi s’intéresser à la crise climatique?

Depuis plusieurs dizaines d’années déjà, des scientifiques du monde nous indiquent que la température moyenne de la planète monte. Cette augmentation cause un dérèglement du climat qui a de plus en plus de conséquences sur les êtres humains et toutes les formes de vie de la planète.

Les personnes qui subissent et subiront le plus fort ces conséquences sont celles qui sont victimes d’inégalités sociales, c’est-à-dire : les personnes en situation de pauvreté, les ainés, les enfants, les femmes, celles qui vivent avec un handicap ou une déficience intellectuelle, les personnes racisées ou autochtones.

Parce que ce sont elles qui subiront les effets d’un été de plus en plus chaud sur leur santé, n’ayant pas toujours accès à un lieu climatisé. Parce que ce sont ces personnes à mobilité réduite qui ne pourront plus se déplacer dans l’hiver où la pluie, la neige, le froid et la glace ne cesseront de s’alterner. Parce que les dérèglements climatiques bouleversent, sur toute la planète les saisons de culture et que le prix des aliments monte en flèche.

Au Québec, nous en sentons déjà les effets. Plusieurs personnes sont mortes dans les grands centres urbains cet été à cause de la trop grande chaleur. Une tornade dévastatrice en Outaouais a détruit de nombreux logements sociaux en septembre dernier.

Bien des sommets internationaux ont eu lieu et de nombreux plans d’action ont étés mis en place. Cependant, bien peu de pays respectent leurs engagements puisque ces plans ne sont pas associés à des obligations. Nos gouvernements choisissent finalement de  prioriser l’économie et la rentabilité des entreprises, au péril de vies humaines et animales.

Mais la mobilisation citoyenne prend de l’ampleur et les gouvernements ne pourront plus faire la sourde oreille bien longtemps.
Il est essentiel que le milieu communautaire joigne sa voix au mouvement, afin de réclamer des actions concrètes, qui protégeront les plus démunis.

Approfondir collectivement les liens entre les dérèglements climatiques et la justice sociale contribuera à contrer le recul des conditions de vie des personnes qui vivent les inégalités sociales et à assurer une justice climatique. Ainsi, la mobilisation autour de la crise climatique garantira une société juste et solidaire.

 

 

20 février 2019: Journéée mondiale de la justice sociale


Lors de la Journée mondiale de la justice sociale, des organisations d’un peu partout à travers le Québec se mobiliseront pour réclamer haut et fort un réinvestissement  dans les services publics, les programmes sociaux et l’action communautaire autonome. Les actions et annonces du gouvernement Legault  laissent présager que les mesures prises (baisse d’impôt, priorisation du secteur privé et des entreprises, uniformisation de la taxe scolaire, mesures timides pour l’environnement)  ne seront pas suffisantes pour réparer le filet social saccagé par les gouvernements précédent.  En se mobilisant, nous souhaitons faire réfléchir et agir le gouvernement sur l’importance de porter des actions  qui permettent  d’améliorer véritablement nos communautés et nos conditions de vie. Visiter l'événement Facebook pour en connaître plus: http://bit.ly/2AAPB7e

Élections 2018 : un vent de changement ?

« Il n’y a aucun doute sur la volonté de changement exprimée lors des élections du 1er octobre 2018. Le désaveu envers les « vieux » partis est sans équivoque. Mais est-ce vraiment le changement qui a gagné ? » Ce nouvel outil du RÉPAC fait le tour de la question.
L'outil est aussi disponible en version PDF sur le site internet du RÉPAC 03-12 

On vous invite à l'utiliser et à le diffuser. 

 

LES DROITS ÇA SE DÉFEND collectivement


À l’automne 2017, le MÉPACQ relançait la campagne Les droit ça se défend collectivement! Les récentes annonces du Ministre de la solidarité sociale, M. François Blais laissent entendre que les groupes recevront enfin une légère augmentation de leur financement l'an prochain. Cependant, ces annonces comportaient  une menace pour l'autonomie des groupes en défense de droits puisqu'ils avaient l'obligation d'offrir des services individuels pour toucher certaines sommes.  La mobilisation des groupes à travers la province a eu raison de cette menace et les sommes promises seront finalement octroyées à la mission! 

Les revendications: 

  •    40 millions $ supplémentaires pour les groupes en DCD
  •     L'indexation annuelle rétroactive des subventions
  •     Des sommes supplémentaires pour permettre aux organismes de couvrir les frais reliés à la pleine participation des personnes ayant des limites fonctionnelle
  •     Que le gouvernement respecte la mission des organismes de défense collective des droits en octroyant les hausses prévues au plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale en financement à la mission globale des organismes de DCD

 

Coalition Main Rouge: Campagne "Viser la justice sociale. Récupérer notre trésor collectif". 

Nos services publics se détériorent
Nos programmes sociaux sont démantelés
L’action communautaire autonome est sous-financée

Ce n'est plus un secret. L'austérité rime avec fragilité. Fragilité de notre filet social qui est provoquée par l'austérité et les décisions, les choix, de notre gouvernement provincial. La situation des moins nantiEs, des femmes, des utilisatrices et utilisateurs de nos réseau de la santé, de notre système d'éducation, se fragilise. Et cela pour permettre à notre gouvernement d'annoncer un surplus budgétaire de 4,5 milliards $ en 2017. Pour atteindre ce surplus, la population québécoise à eu droit à des diminutions dans ses services, de la rentabilisation, privatisation, -tions après -tions. 

Malgré l’immense surplus budgétaire, le financement prévu pour les services publics, les programmes sociaux et l’action communautaire autonome demeure largement insuffisant et ne répare même pas les dommages créés par les compressions des dernières années. 

Les politiques néolibérales amplifient grandement les inégalités sociales.

Nous refusons ces choix! Nous devons faire autrement. Nous en avons les moyens !

Mobilisons-nous pour sauvegarder et développer notre filet social. Soyez à l'affut des actions dans votre région qui sont portées par le Réseau Vigilance de l'Abitibi-Témiscamingue

 

Participez à la campagne de la Table d'action contre la pauvreté de l'A-T (TACPAT)

Pour que les personnes recevant des prestations d’aide sociale puissent travailler en fonction de leur capacité, et ce jusqu’à l’atteinte
d’un revenu équivalent à la mesure du panier de consommation (MPC) , soit 17 246$ (2013), et ce sans réduire les prestations d’aide sociale. 

 

 

Deux luttes indissociables qui doivent être menées de pair et de front! 

Pour mieux comprendre le lien entre l'austérité et le financement/autonomie du mouvement communautaire cliquez ici

Manifester est un droit 
Dans son rapport publié à l’été 2015, la Ligue des droits et libertés (LDL) confirmait l’existence d’un système de répression politique et policière de la contestation sociale au Québec. La LDL y dénombrait 5 895 personnes arrêtées lors de manifestations tenues entre le 15 mars 2011 et le 8 décembre 2014. Auxquels s’ajoutent les 1 006 arrestations à Montréal et Québec en moins de deux mois, soit entre le 15 mars et le 1er mai 2015. De passage en région, la LDL constate que le profilage politique est bien réél en Abitibi-Témiscamingue, que la répression est insidieuse et que la règlementation municipale nuit au droit de manifester et à la liberté d'expression. Allez sur notre page Droit de manifester.

 

Lutte à la pauvreté et aux préjugés
Le gouvernement libéral de Philippe Couillard croit que la lutte à la pauvreté se fait en punissant les plus pauvres de notre société pour qu’ils retournent au travail… Passons à l’action pour la dignité humaine, personne ne choisit de vivre dans la pauvreté!

Consultez notre dossier sur les coupures à l'aide sociale et le projet de loi 70

Vous désirez approfondir votre réflexion sur la lutte à pauvreté consultez le nouvel outil du MÉPACQ intitulé: Pour une véritable stratégie de lutte à la pauvreté

 

Une trentaine de militantes et de militants ont silloné la région afin de rappeler au gouvernement libéral et à ses représentants régionaux que les groupes communautaires ne lâcheront rien pour bloquer et renverser l'austérité. Les cinq actions de la journée ont réuni plus de 350 personnes...Lire le bilan de la Caravane

Voir l'album de la Caravane  


 

 

Taxes ou impôts?

Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement libéral de Philippe Couillard affole la population avec la dette publique et justifie le saccage de l’état social au nom du déficit zéro. Or, le ministre des Finances Carlos Leitao, avec la même ardeur idéologique, soutient que « l’impôt sur le revenu est la pire des taxes ». Il prévoit même baisser les impôts des Québécois et des Québécoises, ce qui équivaut à encore diminuer les revenus de l’État, à engendrer plus de déficits et donc de couper davantage dans les services publics… Afin de mieux comprendre la différence entre les taxes et les impôts, consultez l’outil de la Coalition Main rouge.

 

Qu'est-ce que l'austérité?

C'est simplement une politique qui vise à réduire les dépenses publiques, en comprimant d'abord les programmes sociaux, puis en augmentant les sources de revenus de façon dite régressive (taxes et tarifs). Cette forme d'austérité vise donc toujours les mêmes: les ménages à moyens et à faibles revenus. Consultez notre dossier sur l'austérité

Il existe pourtant 10 milliards $ de solution!

 

- + 1 milliard $ : En augmentant le nombre de paliers d’imposition (de 4 à 11). Cette mesure permettrait d’imposer davantage les plus riches tout en diminuant l’impôt de 94% de la population.
- + 600 millions $ : Taxer davantage le capital des institutions financières qui ont annoncé près 35 milliards de profit en 2014
- 725 millions $ : En luttant contre l’évasion fiscale et l’évitement fiscal. Seulement en 2013 les CanadienNNEs auraient caché 180 milliards $ dans les paradis fiscaux. Consultez le site de la Coalition Main rouge

 

La dette a le dos large...

Afin de justifier les coupures et la privatisation dans les services publics, les gouvernements du monde entier utilisent depuis 35 ans l’argument de la dette. Ce qu’ils ne disent pas, c’est qu’ils s’affairent sans cesse à réduire les revenus en baissant les impôts des banques, des industries et des plus riches. Ensuite, ces mêmes gouvernements prétendent qu’ils n’ont plus d’argent… Ce qui leur permet de couper et de privatiser nos acquis sociaux. Au Québec, la dette est à 65% liée à des infrastructures (garderies, écoles, hôpitaux, etc.). Ce qui équivaut davantage à de l’investissement car la dette n’est pas un réel problème. En fait, les intérêts sur cette dette sont versés et dépensés à 85% à l’intérieur du pays. Regardez la vidéo de l'IRIS

Affichez-vous pour la sauvegarde de nos services publics...

Voir et téléchargez les 5 affiches de la campagne

 

Fichiers attachés